Thérapies relationnelles de dialogue

Thérapies de dialogue – Brèves et approfondies– Individuelles et couples

Approche Carl Rogers centrée sur la personne et non sur le symptôme (thérapies humanistes).

« L’hypothèse centrale de cette approche peut être brièvement résumée : 

L’individu possède en lui-même des ressources considérables pour se comprendre, se percevoir différemment, changer ses attitudes fondamentales et son comportement vis-à-vis de lui-même. Mais seul un climat bien définissable, fait d’attitudes psychologiques facilitatrices, peut lui permettre d’accéder à ses ressources.

Il y a trois conditions requises pour qu’un climat soit favorable à la croissance de l’individu, qu’il s’agisse d’une relation client-thérapeute, parent-enfant, leader-groupe, enseignant-enseigné, administrateur-administré. Ces conditions sont, en fait, applicables partout où le développement de la personne est en jeu.

(…) – Authenticité, congruence du thérapeute : Plus le thérapeute est lui-même dans la relation, (…) plus il est probable que le client changera et grandira de manière constructive. (…)

(…) – Acceptation, attention, estime du client (…) : regard positif inconditionnel. Lorsque le thérapeute éprouve une attitude positive et d’acceptation face à tout ce que le client est en ce moment, peu importe ce qu’il est à ce moment-là, il est vraisemblable qu’un mouvement ou changement thérapeutique se produira. (…)

(…)Empathie : Cela signifie que le thérapeute ressent avec justesse les sentiments et les significations de ce dont le client est en train de faire l’expérience. Cela signifie aussi que le thérapeute lui communique cette compréhension. (…) Ce type d’écoute sensible et actif est extrêmement rare dans nos vies. Nous pensons écouter mais notre écoute est rarement assortie d’une compréhension réelle, d’une véritable empathie. Pourtant une écoute de ce type très particulier est l’une des plus puissantes forces de changement que je connaisse. »

C. Rogers 1962